Les araignées géantes, ça n’existe pas


Nous sommes déjà à la fin du mois d’octobre et j’ai l’impression que les journées filent, filent, filent (tout comme les araignées)… Pas beaucoup d’articles cette année, j’en conviens mais il semble que je sois quelque peu en rupture de stock. Si vous avez des questions, idées, sujets à aborder, vous pouvez me contacter à l’adresse gt.araignees@gmail.com

loupeok

Depuis plusieurs semaines, on parle beaucoup des araignées « géantes ». La presse à sensation en fait ses choux gras puisque ces animaux auraient même envahi la Belgique (et toute l’Europe). Sottises et balivernes ! Les araignées géantes, ça n’existe pas (sauf dans le Seigneur des anneaux).

Tout a commencé semble-t-il avec « l’araignée de Calais » ! Si j’en crois la presse, une personne aurait alerté les pompiers après avoir vu une très grande araignée sur sa façade. Un spécialiste aurait ensuite identifié l’araignée comme étant une simple Tégénaire (on ne nous donne pas son nom) de grande taille çad entre 8 et 10 cm avec les pattes. Le buzz a tellement bien fonctionné que quelques semaines plus tard, on pouvait lire des titres du genre : « l’araignée Géante de Calais vit aussi à Liège ! ». J’ai envie d’ajouter : encore heureux.

Les araignées incriminées sont une fois de plus des Tégénaires, ces grosses bêtes poilues qui vous font sursauter quand vous ne vous y attendez pas. Et on ne le répètera jamais assez, ces araignées ne sont absolument pas dangereuses.

Revenons donc à cette affaire de gigantisme. Tout est relatif comme vous allez pouvoir le constater. L’une de nos plus grandes Tégénaires s’appelle Tegenaria parietina (Fourcroy 1785) et peut atteindre la taille de 20 mm, soit 2 cm. Une autre grande Tégénaire porte le doux nom d’Eratigena atrica (C. L. Koch, 1843) et possède un corps pouvant mesurer jusqu’à 16 mm… Dis comme cela, ça parait déjà beaucoup moins géant. Evidemment, ces mesures ne tiennent jamais compte de la longueur des pattes et ce sont justement ces longues pattes qui impressionnent et faussent complètement le jugement des gens. Oui, une belle grosse Tégénaire peut effectivement atteindre près de 10, voire exceptionnellement 13 cm avec ses pattes. Mais si certains trouvent cela « géant », je ne leur conseille pas d’aller dans un pays tropical car ils seront vite en manque d’adjectifs face à certains spécimens.

araignée de calais

« L’araignée de Calais » : Tégénaire indéterminée.

 

goliath-tarantula

Mygale Goliath : Theraphosa blondi (Latreille, 1804) : Amérique du Sud. Corps pouvant atteindre 11,9 cm et une envergure, pattes comprises, de 30 cm

Si les araignées ont des tailles variables d’une année à l’autre, c’est principalement  fonction des conditions climatiques qui influeront sur la quantité de nourriture disponible. L’absence de vraies conditions hivernales en début d’année et un printemps beau et chaud ont favorisé le développement de nombreux arthropodes, dont les insectes qui sont les principales proies des araignées.

Vous aurez remarqué en passant que l’une des Tégénaires citée plus haut ne porte pas le nom de genre Tegenaria Latreille, 1804 mais bien celui de Eratigena Bolzern, Burckhardt & Hänggi, 2013. Effectivement, certaines Tegenaria ont basculé dans ce nouveau genre Eratigena suite à des études phylogénétiques et taxonomiques qui ont eu pour conséquence quelques petites modifications dans la classification des Agelenidae. Tegenaria agrestis Walckenaer, 1841 devient Eratigena agrestis (Walckenaer, 1802) ; Tegenaria duellica Simon, 1875, T. gigantea Chamberlin & Ivie, 1935, T. saeva Blackwall, 1844, et T. atrica C. L. Koch, 1843 sont toutes devenues synonymes de Eratigena atrica (C. L. Koch, 1843) ; par contre, la Tégénaire domestique, Tegenaria domestica (Clerck, 1757) reste dans le genre Tegenaria. Pour toutes les autres modifications dans cette famille, voici les références de la publication :
Bolzern, Burckhardt, & Hänggi, 2013. « Phylogeny and taxonomy of European funnel-web spiders of the Tegenaria-Malthonica complex (Araneae: Agelenidae) based upon morphological and molecular data. » Zoological Journal of the Linnean Society 168: 723–848.

Une fois n’est pas coutume et comme quoi les mentalités changent petit à petit, j’ai trouvé plusieurs articles faisant la lumière sur cette fausse histoire d’araignées géantes. L’article que j’ai choisi d’inclure ci-dessous s’intitule « Faut-il s’inquiéter de l’arrivée d’araignées géantes chez nous? ». A la lecture, on notera l’erreur typique de désigner une araignée comme étant un insecte… Je salue au passage mon collègue Arnaud Henrard qui a répondu aux questions de la journaliste.

Brigitte Segers

Article : Faut-il s’inquiéter de l’arrivée d’araignées géantes chez nous? (photos et vidéo)

Elles font beaucoup parler d’elles sur la toile en ce moment: des araignées « géantes », qui seraient « aux portes de la Belgique ». Vous êtes nombreux à nous avoir fait part de votre inquiétude. Mais celle-ci est elle justifiée? Nous nous sommes renseignés auprès de spécialistes.

Deborah Van Thournout | 09 Octobre 2014 

Vous êtes nombreux à nous avoir signalé la présence d’araignées chez vous ces dernières semaines, photos à l’appui. « Les araignées sont de plus en plus grosses, cela fait très peur. Que se passe-t-il pour qu’il y ait autant d’araignées à Bruxelles ? », nous écrit Sanae via la page Alertez-nous. Encore il y a quelques jours, Bryan nous disait avoir vu ce qu’il pensait être une araignée géante à Châtelineau. Fin août, Stéfanie de Beauraing nous disait avoir également trouvé l’un de ces arthropodes chez elle, et nous demandait: « Je voudrais savoir si c’est la fameuse araignée dont on parle, celle qui viendrait de Calais ? ».

S’agit-il de l' »araignée de Calais »?

Beaucoup d’entre vous mentionnent cette fameuse « araignée de Calais », qui n’a pourtant rien de particulièrement ch’ti. Vous faites sans doute référence à cet article, publié par nos confrères de la Voix du Nord, qui relate l’histoire d’un commerçant qui n’a pas su quoi faire face à l’insecte (Note de Spidermanneke: l’araignée) de huit centimètres de long, et a appelé les pompiers pour le déloger.

Dans la foulée, des articles affolants, annonçant que cette araignée géante était « aux portes de la Belgique », ont agité les internautes. De Walcourt à Seraing, en passant par Bruxelles, vous nous avez fait parvenir vos clichés…

Nous avons soumis ces photos à des spécialistes. Arnaud Henrard est doctorant en biologie, il consacre sa recherche aux araignées à l’UCL et au sein du Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC). C’est d’ailleurs lui qui a découvert l' »araignée tournoyante » en Belgique, dont nous vous parlions cet été. Selon lui, il est difficile d’identifier précisément ces animaux sans les examiner à l’aide d’une loupe grossissante. Mais au premier coup d’œil, il peut affirmer qu’il s’agit d’un genre tout à fait classique dans nos contrées, et que l’on peut croiser régulièrement dans nos régions, à savoir des araignées du genre « tégénaire ».

Faut-il s’inquiéter?

Sur la photo publiée par la Voix du Nord, à l’origine de cette arachnophobie collective, il s’agit très probablement d’une tégénaire « géante », la plus impressionnante par sa taille, et pourtant très commune dans toute l’Europe de l’Ouest. D’après M Henrard, l’angle de la photo accentue l’impression de grandeur. Inutile donc de s’inquiéter: la présence de cette « bestiole » n’a rien d’anormal, elle ne s’apprête pas à nous envahir, puisqu’elle habite déjà chez nous, tant dans les campagnes que dans les villes.

Ce sont surtout ses pattes qui sont imposantes: « Le corps en lui-même dépasse rarement 1,5cm », explique le biologiste. Mais au total, on peut obtenir une envergure allant jusqu’à 13cm. Parmi les photos que vous nous avez envoyées, il y a surtout d’araignées domestiques, très communes, qui vivent la plupart du temps dans nos caves.

Pourquoi aiment-elles tant nos salles de bain?

Ce qui est interpellant, c’est la période à laquelle elles ont commencé à apparaître. Cette année, elles sont un peu en avance, on a donc commencé à les voir dès la fin du mois d’août, au lieu du pic habituel en septembre-octobre. Les araignées que l’on peut observer sont des mâles qui quittent leur toile pour chercher une femelle avec qui s’accoupler, nous explique Vincent Louwette, formateur nature et spécialiste des araignées dans l’association Natagora: « Les mâles vont remonter des caves ou des jardins, rentrer dans des pièces sombres, souvent humides, là où ils pensent trouver une femelle. Par exemple la salle de bains, la nuit, ça tombe souvent dans les éviers et les gens prennent peur ».

Comment reconnaître un mâle d’une femelle?

On peut distinguer assez facilement un mâle d’une femelle, grâce aux pattes: « Les mâles sont souvent beaucoup plus fins et ont des pattes beaucoup plus allongées que les femelles. Elles, restent dans les caves, dans leurs toiles, toute leur vie. Elles sont plus grosses et plus trapues », explique M Louwette.

Les dames araignées vivent facilement deux ou trois ans. « On peut donner des noms aux femelles araignées dans sa cave si on veut », plaisante le spécialiste. Les mâles vivent moins longtemps, puisque dès qu’ils sont adultes et qu’ils ont leurs organes copulateurs, ils quittent leur toile et partent à l’aventure pour rencontrer une partenaire. Après l’accouplement, ils vont mourir. On peut dire en moyenne qu’un mâle vit une année.

Ces araignées sont-elles dangereuses pour nous ?

Ces araignées ne sont pas agressives. « Il faut vraiment vouloir la prendre et la pincer par les pattes par exemple, là elle peut avoir un réflexe de vouloir mordre », explique M Henrard. Mais même si elle le voulait, elle n’y parviendrait pas: « une étude a montré que la plupart des araignées en Belgique sont mécaniquement, physiquement, incapables de nous transpercer la peau », ajoute-t-il. Même son de cloche du côté du spécialiste de Natagora, qui ajoute que la très faible probabilité de morsure pourrait se produire dans la peau fine, entre les doigts par exemple, mais que ce n’est pas dangereux pour l’homme.

Elles sont utiles dans nos maisons

Nous avons demandé, après avoir reçu vos photos, quel a été votre réflexe en voyant ces arachnides. Intrigués, vous ne les avez pas écrasés pour autant, et vous avez bien fait. Les araignées ont un rôle à jouer dans nos maisons: « Il suffit de regarder une toile d’araignée de tégénaire, on va y voir souvent des cloportes, des petites bêtes que les gens n’aiment pas forcément. Elles nettoient un peu la cave. On voit souvent des moustiques, des mouches ou toutes sortes d’insectes. Elles ont un rôle de nettoyeur », explique le spécialiste de Natagora. Deborah Van Thournout

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s