Araignée du mois (10) : Nuctenea umbratica


Nom latin: Nuctenea umbratica (Clerck 1757)

Nom vernaculaire : Epeire des fissures
Famille : Araneidae
Taille : femelle, jusqu’à 14 mm ; mâle, 9 mm
Habitat : sous les écorces mais aussi près des habitations, dans toutes sortes d’anfractuosités
Saison : Femelles toute l’année, mâles en été

Voici une Araneidae très commune et pourtant pas si facile à voir. Et pour cause, Nuctenea umbratica se cache durant la journée à la vue de tous.

La dénomination en latin nous apprend souvent beaucoup de choses sur l’espèce en elle-même. Si on se penche sur les mots nocte et noctu  qui signifient de nuit, pendant la nuit et umbraticus (umbra), qui vit à l’ombre, qui est à l’ombre, vous aurez déjà compris que nous avons affaire à une espèce qui vit la nuit et qui aime l’obscurité.

Robe noire, qui chasse principalement de nuit, qui se terre dans des fentes et anfractuosités… l’Epeire des fissures porte donc bien son nom !

Pourtant, un détail important n’a pas été repris dans sa description en latin car si Nuctenea umbratica est plutôt nocturne, elle possède surtout un abdomen typique de forme aplatie qui permet à cette araignée de se glisser dans les fissures et autres cachettes secrètes (voir photo ci-dessus).

Qui dit Epeire dit Araneidae et donc araignée à toile orbiculaire. Et c’est justement grâce à sa toile qu’on pourra plus facilement localiser cette Epeire des fissures. Recherchez des toiles asymétriques, plutôt en mauvais état, où des morceaux manquent, lâches et peu attrayantes, derrière les panneaux routiers, sous les bancs publics, devant des tas de bois, en-dessous des toitures, autour des barrières… il lui faut juste une fissure pour s’y réfugier. Et si la bête est affamée, vous pouvez essayer de la faire sortir de sa cachette, même de jour, en agitant une brindille sur un bout de sa toile, ou mieux, en y plaçant un diapason (*).

Et comme il existe toujours des exceptions, les photos prises ci-dessous montrent une Epeire des fissures en pleine chasse et en pleine journée. « Ventre affamé n’a point d’oreilles » dit-on !

La face ventrale possède deux taches symétriques en forme de croissant et de couleur jaune ou blanc

(*) certaines araignées réagissent très bien aux vibrations du diapason. En effet, les vibrations du diapason immitent celles émises par un insecte pris au piège dans une toile d’araignée. L’utilisation d’un diapason permet donc de déloger certaines espèces de leurs cachettes, surtout lorsqu’elles sont affamées.

Brigitte Segers

Publicités

3 réflexions au sujet de « Araignée du mois (10) : Nuctenea umbratica »

  1. Au printemps 2013, j’ai pu observer une épeire des fissures près de la fenêtre de ma cuisine .
    Au début je n’avais remarqué que sa toile, et du fait de sa situation je pensais que c’était l’ouvrage d’une zygielle . Dans la journée impossible de la voir ce qui me surprenait car cette espèce n’est pas très difficile à localiser d’habitude . Ce n’est qu’en pleine nuit que j’ai pu la découvrir trônant au milieu de sa toile : une impressionnante Nuctenea umbratica qui dans la journée se cachait dans une minuscule anfractuosité .
    Le 8 août à 23 H je l’ai vue pondre à deux endroits sur le mur, ses oeufs étant enrobés dans une sorte de cocon . Les jours suivants elle n’a pas réparé sa toile, et je ne l’ai plus revue depuis le 12 août . Nous sommes en novembre, les oeufs sont toujours en place, pourrai-je assister à une éclosion ? Si oui dans quel délai ?
    Merci d’avance !

    • Bonjour,

      En fait, il faudrait être certain que ce sont bien des cocons et non des proies emballées. Je dis cela car vous parlez de deux cocons et que n’est pas très courant : une femelle construit en principe un seul cocon, et elle placera celui-ci dans un endroit protégé (recoin d’un mur, sa cachette)…
      S’il s’agit bien de cocons, et étant donné que Nuctenea umbratica est une araignée de la famille des Araneidae, les oeufs devraient passer l’hiver emballés et protégés par la soie pour n’éclore qu’à la bonne saison. Je n’ai pas d’informations plus précises sur le sujet car la documentation sur les araignées est très pauvre, surtout en ce qui concerne l’éthologie. C’est pourquoi ce genre d’observation est très intéressant et que je compte sur vous pour nous raconter la suite de l’histoire.

      Merci pour ce partage fort intéressant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s