Araignée du mois (3) : Araneus diadematus


Chaque mois, nous vous présentons une espèce d’araignée.

Les textes sont rédigés par les différents membres du GT.

Décembre 2011 : Araneus diadematus par Michel Lodewijck

Nom latin: Araneus diadematus (Clerck, 1757)

Nom vernaculaire : Epeire diadème, Epeire porte-croix

Famille : Araneidae
Taille : femelle,  10-18 mm ; mâle, 4-8 mm
Habitat : Grande toile dans les buissons et autres végétation, commune partout.
Saison : adultes à maturité en été jusqu’en automne

Alors que dans mon petit carré de jardin s’est étoffée la haie de troène et ont poussé les arbrisseaux (framboisier, noisetier, viorne…), et ce jusqu’à ce que se rapprochent ou se mêlent leurs branches et leurs feuilles, est venu le moment – c’est le début de l’été – où l’épeire diadème fait son apparition.

En effet, dans mon jardin, et de plus en plus nombreuses au cours de l’été, s’élèvent tous les jours des toiles géométriques qui, lorsqu’on les voit occupées en leur centre par leurs hôtes, ne laissent plus beaucoup de doute sur l’araignée.

L’épeire diadème, ou épeire porte-croix, se reconnaît facilement par ce signe distinctif sur le dos de l’abdomen : une croix blanche, quelque peu discontinue.

Araneus diadematus, recto verso + toile ; photo Michel Lodewijck

Bernard Bertrand rapporte qu’elle pansa « de sa toile les plaies du Christ en croix, soulagea ses souffrances et mit son corps meurtri à l’abri des mouches et autres vermines promptes à venir infecter les blessures. Aujourd’hui encore, l’araignée diadème, ou épeire, porte sur son dos la croix blanche offerte par le Christ en remerciement des bons soins que l’animal lui prodigua. » (Le bestiaire sauvage, histoires et légendes des animaux de nos campagnes, Plume de Carotte, 2007.)

L’épeire diadème est une araignée très commune des lieux proches du regard des hommes, et ce dans tout l’hémisphère nord du globe. De plus, sa taille (qui atteint au-delà du centimètre et demi pour la femelle) et sa toile (avec un moyeu central fermé où elle se tient en journée) en font une araignée facile à observer.

On la verra par contre peu souvent construire ou reconstruire sa toile en journée : le plus souvent, c’est en fin de nuit, quand les conditions météorologiques sont favorables, qu’elle se met à l’ouvrage.

À l’instar de la veuve noire (Latrodectus mactans), l’épeire diadème est encore connue pour son cannibalisme sexuel : la femelle mange le mâle (celui-ci ne s’alimente de toute façon plus après copulation). Cependant, ce comportement est rare chez les araignées.

Deux hypothèses sont émises pour en rendre compte : la première explique ce comportement par l’utilité d’un apport alimentaire, et la seconde par la nécessité pour la femelle d’augmenter sa fécondité (si elle est féconde, elle laisse le mâle s’approcher et, après reproduction, elle lui laisserait souvent la vie sauve – [ndlr : cependant, on a pu observer certaines femelles d’Epeire diadème déjà fécondées continuer à émettre des phéromones pour attirer les mâles dans le seul but de les manger (BS)])

On est au début septembre. Il m’a été permis d’assister à une approche d’un mâle et des contacts avec la femelle dans une partie périphérique de la toile. Le mâle s’en est bien sorti : après 15 minutes environ de va-et-vient, d’attouchements, il s’en est allé.

Pour voir une parade : cliquez ici

Mais en automne, lorsqu’il y aura eu accouplement, l’épeire va créer son cocon où y seront logés ses œufs fécondés ; elle restera à son côté jusqu’à la mort. Au mois de mai suivant, après la première mue, les juvéniles vont sortir du cocon et tisser une première toile dans laquelle ils vont passer ensemble une nouvelle mue avant de, finalement, s’émanciper. Il leur faudra encore plusieurs mues pour atteindre le stade mature et vivre ce que leurs géniteurs ont vécu.

Michel Lodewijck

Araneus diadematus sur son cocon ; photo Michel Lodewijck

Araneus diadematus sur son cocon ; photo Michel Lodewijck

Juvéniles d'Epeire diadème, après éclosion des oeufs, début du printemps

Publicités

Une réflexion au sujet de « Araignée du mois (3) : Araneus diadematus »

  1. 09/2014
    Bonsoir,
    je viens de découvrir une magnifique épeire diademe sur la fenetre intérieure de la cuisine ! puis je la mettre dans un terrarium pour la montrer aux petits enfants ? Que mange t elle ?
    Merco pour vos conseils

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s