Orchidée araignée


[Faire aimer les araignées, c’est aussi parler de choses et d’autres pour vous inviter à découvrir ce monde passionnant. Voilà le rôle des « petites digressions »]

Les Orchidées sont connues de tous, on les trouve maintenant couramment dans les magasins, affublées de caches pots pas très beaux.

Pourtant, ces plantes méritent toute notre attention, ne serait-ce que par la beauté qu’elles arborent, et surtout l’incroyable complexité et ingéniosité que ces fleurs ont inventé pour se faire polliniser.

Sans entrer dans tous les détails, la fleur de l’orchidée est toujours constituée de 3 sépales et des 3 pétales, dont l’un, le labelle se distingue des deux autres pétales par sa forme spéciale. A partir de ce modèle imposé (3+3) on recenserait plus de 30.000 formes différentes.

Évidemment, ces diversités de formes et de couleurs ne sont pas là pour faire plaisir aux fleuristes ou aux collectionneurs. Nous sommes en présence d’une tactique inventée par la plante pour attirer des pollinisateurs précis. Pour exemple, les Ophrys sont très majoritairement pollinisés par des insectes et attirent leurs pollinisateurs de manière extraordinaire, en les leurrant sexuellement. Le labelle des Ophrys imite en effet en odeurs (utilisation de phéromones), en couleurs, en forme et en texture les femelles des insectes cibles : Ophrys bourdon (Ophrys fuciflora), Ophrys abeille (O. apifera), Ophrys mouche (O. insectifera), et même Ophrys araignée (O. sphegodes) sauf que pour cette dernière, le label n’imite pas vraiment une araignée mais bien la femelle d’une abeille solitaire (du genre Andrena).

Et je ne vous parlerai pas de l’Orchis singe (Orchis simia), de l’Orchis homme-pendu (Aceras anthopophorum) ni de l’Orchis grenouille (Coeloglossum viride), qui, comme vous l’aurez compris, n’ont pas de pollinisateur lié à leur nom!

Pourtant, il existe bel et bien une orchidée aux allures d’araignées.

Lors de mes récentes lectures, je suis effectivement tombée sur un groupe d’Orchidées appelées tout simplement Orchidées araignées. Connaissant les quelques aspects morphologiques utilisés par les Orchidées pour attirer l’animal pollinisateur unique, je me demandais alors si une araignée pouvait entrer dans le jeu de la pollinisation (pourquoi pas me direz-vous).

C’est un peu plus complexe que cela. En fait, les Orchidées araignées sont le nom générique donné aux espèces du genre Brassia et possèdent effectivement l’aspect d’une araignée : les sépales et les pétales sont très allongées, pouvant atteindre 50 cm. Et là où cela devient vraiment intéressant, c’est que ce genre se fait exclusivement polliniser non pas par une araignée, mais bien par des guêpes, regroupées sous l’appellation « Guêpes des chemins ». Les « guêpes des chemins » sont des hyménoptères solitaires de la super-famille des Pompiloides, prédateurs d’araignées qu’ils chassent pour les placer dans leur terrier afin de nourrir leur larve.

Nous sommes donc en présence d’Orchidées qui ont réussi à exploiter non pas la ressemblance directe du pollinisateur mais bien de sa proie.

Attribution non commerciale, some rights reserved by Petr Kosina http://www.flickr.com/photos/clobrda/

Brigitte Segers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s