Excursion au cimetière du Verrewinkel (12 juin 2010)


Excursion samedi 12 juin 2010 : Cimetière du Verrewinkel, avenue de la Chenaie 125 à 1080 Uccle

Le cimetière du Verrewinkel existe depuis 1945 (ouvert suite à la saturation du cimetière du Dieweg).

De par sa situation géographique, le cimetière de Verrewinkel joue un rôle important de liaison entre les zones spéciales de conservation Natura 2000 du Kauwberg d’une part et du Plateau Engeland d’autre part. Une flore relativement rare et spécifique des sols sableux est encore présente au cimetière.

Voici les familles et espèces rencontrées :

1) Micaria pulicaria (Gnaphosidae)

Notre première observation concerne une araignée myrmécomorphe, çad une araignée qui adopte la forme d’une fourmi. D’après la littérature, on ne sait pas exactement ce que ce genre de mimétisme apporte comme avantage à l’araignée.

Le myrmécomorphisme concerne 3 familles d’araignées dans notre pays. Il s’agit des Salticidae, des Gnaphosidae et des Liocranidae.

A Bruxelles, la seule espèce myrmécomorphe que l’on puisse rencontrer est Micaria pulicaria (Gnaphosidae) : ce sont des petites araignées à l’aspect de fourmis qui courent très vite.

2) Tegenaria sp (Agelenidae)

Les Tégénaires (Agelenidae) sont communément rencontrées dans les maisons. Mais il existe des espèces observables également à l’extérieur. C’est sous une épaisse écorce que nous trouvons un spécimen du genre Tegenaria.

Caractéristiques des Agelenidae : toile tubulaire, filières postérieures clairement plus longues que les filières antérieures (chez la majorité des espèces) et composées de deux segments, yeux disposés en deux courtes rangées.

3) Enoplognatha sp. (Theridiidae)

Autre famille rencontrée sur le terrain, celle des Theridiidae. Les Theridiidae présentent une grande variété dans la forme et la couleur ; la majorité possède un dessin sur l’abdomen, mais certaines sont uniformément grises ou noires et peuvent alors être confondues avec des Linyphiidae. Les Theridiidae construisent des toiles irrégulières en trois dimensions.

Nous observons une petite araignée, à l’abdomen blanc jaunâtre avec deux lignes de points noirs très espacés. Il s’agit du genre Enoplognatha. Deux espèces se ressemblant très fort (E. ovata et E. latimana), il nous est impossible d’aller plus loin dans la détermination. (voir photo)



4) Erigone sp. (Linyphiidae)

Erigone sp. appartient à la famille des Linyphiidae, famille réputée pour être l’une des plus difficiles à déterminer sur le terrain compte tenu du nombre très élevé d’espèces différentes et surtout de la taille parfois très petite ainsi que de l’absence de signes distinctifs.

Cette Erigone sp est une araignée pionnière sur des terrains fraîchement mis à nu. Il faut savoir que les Linyphiidae sont des araignées reconnues pour se disperser facilement par essaimage (çad que les jeunes utilisent le vent pour se disperser). Ce genre précis utilise également cette technique ce qui explique sa présence précoce sur divers types de terrains.

Araignée noire, de petite taille (2 à 3 mm) avec des pattes plus claires.

5) Xerolycosa nemoralis (Lycosidae)

Sur le sol sableux, à la végétation rase et éparse, nous observons une araignées très mimétique de son milieu. Cette Lycosidae est une espèce vivant sur habitat sec, aimant la chaleur.

Xerolycosa nemoralis (voir photo)

6) Gnaphosidae

Les Gnaphosidae ont la caractéristique de porter des filières tubulaires assez longues et présenter un céphalothorax large en avant (dans la plupart des genres). Les yeux sont disposés en deux rangs avec les antérieurs médians noirs alors que les autres sont nacrés. Abdomen étroitement ovale et assez pointu postérieurement. Filières antérieures plus grandes, tubulaires et largement espacées.

7) Steatoda phalerata (Theridiidae)

Voici encore une espèce dont la présence est liée au terrain sablonneux du cimetière. Cette Theridiidae fait partie du genre Steatoda, genre caractérisé par la présence d’une bande claire sur le bord antérieur de l’abdomen ainsi que des décors permettant de reconnaître les espèces.

Chez Steatoda phalerata, l’abdomen est noir avec des taches jaunes.

8) Zelotes sp (Gnaphosidae)

Voir les caractéristiques des Gnaphosidae plus haut.

Le genre Zelotes regroupe des araignées généralement noires et donc pas facilement identifiables sans binoculaire. Certaines peuvent cependant se déterminer sur base des différences de couleurs sur les articles des pattes.

Le cocon des Zelotes pourrait être comparé à un bonbon cachet acidulé et ressemble à un dôme de soie aux bord aplatis (voir photo)



9) Segestriidae

Voilà une famille intéressante à observer puisqu’il s’agit d’une des quatre familles d’araignées haplogynes : organes sexuels simplifiés (palpes des mâles simples et absence d’épigyne chez les femelles) ; seulement 6 yeux (critère important quand on arrive à les voir). Les quatre familles sont : Segestriidae, les Scytodidae, Dysderidae, Oonopidae.

Les toiles des Segestriidae sont caractéristiques : retraite tubulaire centrale où se cache l’araignée et à la base de laquelle partent plusieurs longs fils épais tout autour de cette retraite donnant à l’ensemble la forme d’un soleil.

Pour rappel : Arachnides

soit mygalomorphes (orthognathes)

soit aranéomorphes (labidognathes) : soit cribellates (soie caractéristique cribellée, présence d’un cribellum à l’arrière des filières calamistrum sur les pattes 4), soit haplogynes, soit entelegynes (toutes les autres : 8 yeux, organes sexuels complexes, soie non cribellée)

10) Dysdera sp (Dysderidae)

Sous les pierres, nous trouvons une Dysderidae, autre araignée haplogyne. Les Dysderidae pourraient être confondues avec des Mygalomorphes tant les tiges sur lesquelles se trouvent les chélicères sont épaisses et écartées. Ces puissantes chélicères permettent à ces araignées de se nourrir principalement de Cloportes. Ici, nous avons le choix entre Dysdera crocata et Dysdera erythrina.

11) Zodariidae

En dessous des pierres, nous observons également de touts petits volcans de terre (quelques mm de hauteur) au centre desquels apparaît une tout petite ouverture. Il s’agit des cocons d’une araignée de la famille des Zodariidae. Le cocon est en fait une coque de soie recouverte de petits débris végétaux et fixée à la paroi. Les Zodariidae sont très petites. Elles ne possèdent que 2 filières et se nourriraient presque exclusivement de fourmis.

12) Mangora acalypha (Araneidae)

Le folium de cette Araneidae évoque le dessin d’une bouteille à long col, ce qui lui a valu le surnom d’Epeire bouteille. Une araignée identifiable sans binoculaire, commune.

13) Carabus violaceus (Carabidae – Coleoptere)

Petite digression par rapport au GT araignée, mais l’observation de ce superbe insecte mérite bien un petit écart.

Voici un splendide Carabidae, d’une taille assez impressionnante au thorax bleu-violet ou verdâtre et des élytres noirâtres avec marges métalliques pourpres ou vertes. Espèce nocturne qui chasse les Limaces la nuit. (voir photo)



Brigitte Segers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s